q
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat.
 

Réussir son Test Technique – Pisteur Secouriste

Réussir son Test Technique – Pisteur Secouriste

Après notre premier article sur le test technique moniteur de ski, voici celui pour les pisteurs secouristes !
La saison approche et beaucoup d’entre vous vont s’inscrire pour cette épreuve. Voici donc quelques conseils en amont pour préparer ce test et le réussir.

 

Les pré-requis

Pour s’inscrire au test il faut être âgé de 18 ans au minimum (ou 17 ans dans le cadre d’un cursus scolaire bi-qualification ou sur présentation d’un acte d’émancipation de mineur).

Il faut être titulaire d’une Flèche de Vermeil ou Géant de Vermeil et avoir un bon niveau en ski alpin hors-pistes.

 

L’épreuve

Rentrons dans le vif du sujet. Actuellement, et à titre expérimental, le test technique est destiné à évaluer la capacité du candidat à skier sur un parcours varié non préparé et sur tout type de neige naturelle.

L’épreuve consiste à effectuer une descente «tout terrain – toute neige», reconnue à l’avance, sur un dénivelé de 300 mètres minimum (400 mètres maximum). L’épreuve comprend également une descente libre sur piste, sur un dénivelé de 200 mètres minimum, et sans reconnaissance préalable.

Les critères de notation sont l’aisance, la silhouette générale, le choix du terrain, le rythme, l’application technique, l’équilibre et la stabilité.

L’objectif de ce test est de prouver sa maîtrise technique en ski alpin hors-pistes, toute neige, tout terrain nécessaire à l’entrée en formation de pisteur secouriste alpin 1er degré.

ATTENTION : Sur le papier cette épreuve peut paraître simple mais le taux de réussite de ce test au premier passage est situé entre 10% et 20%. Ne sous-estimez pas le travail en amont à effectuer.

 

Mettre les chances de son côté

Lors de l’épreuve d’autres facteurs rentrent en compte comme le terrain et son évolution pendant l’épreuve ou le niveau des skieurs en fonction de la même évolution du terrain. Par exemple si lors de ton passage tu choisis un tracé avec 30 mètres de poudreuse et que le candidat suivant passe dans un champ de bosses et de passages tortueux, tes chances de réussite vont très vite diminuées.

Il faut donc impérativement te préparer à skier sur tous types de terrains et sous toutes conditions climatiques. Pendant le test, observe les autres candidats, imagine ton tracé et donne tout ce que tu as. Être prêt physiquement et être balaise techniquement ne suffit pas forcément pour réussir le test (ces deux points sont tout de même nécessaires pour l’obtention du test).

Tu peux tenter de passer l’épreuve en candidat libre mais il est fortement conseillé d’intégrer une formation 😉

 

À bientôt sur des skis !

 



Partagez2
Enregistrer
Tweetez
Partagez
2 Partages