q
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat.
 

[INTERVIEW] Monitrice pour l’amour du ski

[INTERVIEW] Monitrice pour l’amour du ski

Nous sommes partis à la rencontre de Noémie Lemaire, 23 ans, jeune monitrice de ski. Elle nous a fait partager sa passion et la façon dont elle perçoit sa vie autour du ski.

[AA] Raconte-nous comment tu as débuté le ski ?

[N.L] Je suis monté sur des skis pour la première fois à 2 ans et demi et dès l’âge de 7 ans je faisais mes premières compétitions. J’habitais dans les Vosges et j’ai débuté dans le petit club alsacien « Ski club du Bonhomme ». J’ai tout de suite eu des bons résultats et j’ai été repérée par le Comité départemental du Haut-Rhin.

À quel moment c’est devenu plus sérieux ?

Lorsque je suis entrée au Lycée Sport-Etude de La Haie Griselle, en même temps j’ai changé de club et j’ai intégré le Pôle Espoir. Là c’est devenu plus intense, je faisais deux à trois stages de ski par mois pendant toute l’année.

 

 

 

 

Quand as-tu basculé vers le métier de monitrice de ski ?

En fait, dès 17 ans, j’ai passé mon test technique et ma préfo. Mais ça globalement, tous les skieurs le font. En ce qui me concerne, j’ai toujours fait du ski pour mon plaisir et je n’ai pas accroché à l’ambiance des courses internationales. Mais grâce à mes résultats, j’ai tout de même obtenu par équivalence mon Eurotest. Très tôt j’ai voulu prendre mon envol sur le plan professionnel, j’ai tenté la Licence STAPS, mais cela ne m’a pas plu. C’est alors que mon club Alsace Ski Compétition m’a proposé de devenir coach.

Comment as-tu géré ta formation justement ?

À tout juste 18 ans, je venais d’arrêter la compétition, mais je voulais absolument concilier mes études avec l’enseignement du ski, les saisons et trouver un complément pour l’été. C’est alors que la chance m’a souri, car par le bouche-à-oreille, j’ai connu le DEUST AGAPSC Pleine nature de Lyon. C’était la formation idéale pour moi.

Raconte-nous cette expérience du DEUST ?

Cette formation m’a permis de faire mes saisons d’hiver avec Oxygène à Meribel tout en apprenant en parallèle le métier de monitrice de Voile. J’ai effectué deux saisons d’été au Pôle Nautique de Gruissan. C’était exactement ce que je voulais cette bivalence été/hiver. C’est une vraie chance de pouvoir enseigner deux sports que j’apprécie. A la suite de mon DEUST, j’ai aussi eu l’opportunité d’entraîner le ski au Chili, une fantastique expérience !

Et maintenant quel est ton poste ?

Je travaille toujours chez Oxygène, mais à temps partiel, car je me suis lancée aussi dans les courses free ride, c’est d’ailleurs Oxygène qui me sponsorise et je suis toujours licenciée à l’ES Strasbourg. J’ai atteint le niveau 4 étoiles qui est la porte d’entrée vers le Free Ride World Tour, mais sur le circuit mondial, il y a très peu d’élus. J’ai un statut d’indépendante et ça me convient parfaitement, je m’en sors et je privilégie mon cadre de vie.

Que préfères-tu dans ton métier ?

J’aime travailler dehors, j’apprécie aussi beaucoup la variété du métier. Tu peux encadrer aussi bien des enfants que des adultes, des débutants ou des skieurs perfectionnés. Je trouve que quand tu enseignes le ski, tu es très vite récompensé on voit les résultats tout de suite. Ce que j’adore par-dessus tout, c’est faire réussir des challenges. Et le top du top c’est quand tu fais apprendre le ski aux petits du jardin d’enfants et que le big challenge, c’est de faire une piste verte. Les voir réussir c’est kiffant.

Et à l’inverse, quelles sont les difficultés du métier ?

(longue hésitation) Ben franchement, il n’y en a pas. J’ai choisi ce métier, être dehors me plaît et les clients embêtants, je les gère ! C’est vrai que ce n’est pas toujours facile d’être dans l’enseignement, mais ça laisse beaucoup de temps pour pratiquer soi-même.

La formation est longue non ? Pour devenir monitrice de ski ?

Oui, cela fait 5 ans que j’ai commencé. Et je viens tout juste d’obtenir mon diplôme ! Je l’ai appris aujourd’hui !

Champagne alors ! Félicitations à toi ! Que dirais-tu à un ou une jeune qui voudrait aller vers le métier ?

C’est vrai que ce diplôme est long à obtenir, mais on enseigne tout de suite. C’est sûr que c’est difficile, il ne faut rien lâcher et garder l’amour du ski. Je conseille la formation du DEUST en alternance, grâce au contrat pro avec Idwane, j’ai pu intégrer une structure dans une super station des Alpes et aussi apprendre le métier de moniteur de voile. Cela m’a vraiment ouvert des portes. D’ailleurs cet été je pars travailler dans une base de voile en Corse !

Merci beaucoup, Noémie et bonne chance pour la suite !

 



84 Partages
Partagez84
Enregistrer
Tweetez
Partagez